La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Posts Tagged ‘société du spectacle’

Nuit blanche avec Muray

Posted by labetiseeconomique sur octobre 3, 2010

Romancier et essayiste décédé en 2006, peu connu en son temps du grand public malgré la force de ses attaques et un regard cynique sur la société, les bobos, les fêtes et la bien-pensance, Philippe Muray analysait, avec un humour noir à la Desproges, « la mutation anthropologique en cours », d’Homo sapiens sapiens à Homo festivus, puis à Festivus festivus ; l’homme ne serait plus qu’un être de loisirs, se déplaçant dans un immense parce d’attraction. Aujourd’hui, Fabrice Luchini redonne voix à quelques uns de ses nombreux textes, notamment « La touriste innocente » qui voulait « réinventer la vie », « Le sourire à visage humain » (autrement dit Ségolène Royal) ou « Martine Aubry fait concurrence à l’état civil », un texte de 1998 qui s’interroge sur le contenu réel de tous ces emplois, à se demander si leur dénomination, autant que leur froid descriptif, ont bien été pensés  par des êtres humains. Mais surtout on sort du spectacle en se demandant avec Muray, ce qu’est un « vrai débat », pourquoi aujourd’hui certains sujets ne font plus débat, comme Paris Plage et bien d’autres, pourquoi également les hommes politiques veulent-ils tant être des professionnels de l’événementiel?

Sur le site qui lui est consacré, sa bibliographie, des extraits de quelques chansons et de ses textes (ParisPlage, Post histoire, Rebelle et tais toi, etc.) : http://www.philippe-muray.com/

Publicités

Posted in Autour de la bêtise | Tagué: , , | Leave a Comment »

Panem et circenses, à plus de deux mille ans d’écart

Posted by labetiseeconomique sur juin 24, 2010

Lundi, la milliardaire Liliane Bettencourt annonçait la régularisation de ses avoirs à l’étranger. Mardi, sur la pelouse d’un stade d’Afrique du Sud et en grand écran planétaire, 23 joueurs de foot français perdaient dès le premier tour d’un grand spectacle sportif qui devait occuper le peuple quelques semaines. Que lui restait-il? Jeudi, sur le pavé des villes de France, des milliers de personnes s’inquiétaient de leur retraite.

*

A Rome, entre 300 et 500 avant JC, le don tenait une place importante : pain (distribution de blé), cirque (organisation de combats de gladiateurs) et festins publics pour le peuple, mais aussi distributions de terres, étrennes, cadeaux à l’empereur et à ses fonctionnaires. Les notables devaient en effet entretenir leur prestige tout en faisant fonctionner la cité de leur poche, en construisant des monuments, des stades, en organisant des fêtes et des jeux du cirque, en distribuant du blé au peuple. Dans son ouvrage Le Pain et le cirque, sous-titré Sociologie historique d’un pluralisme politique (1976), Paul Veyne, explique ainsi : « On tient le peuple romain par deux choses : son pain (annona) et les spectacles ; on lui fait accepter l’autorité (imperium) par des futilités autant que par des choses sérieuses. Il n’y a plus de danger à négliger ce qui est sérieux, plus d’impopularité à négliger ce qui est futile. Les distributions d’argent, les « congiaires », sont moins âprement réclamées que des spectacles ; car les congiaires n’apaisent qu’individuellement et nominativement (singillatim et nominatim) les phébéiens en quête de pain, tandis que les spectacles plaisent au peuple collectivement (universum) ».

 

http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/I09365772/paul-veyne-a-propos-de-son-livre-le-pain-et-le-cirque.fr.htmlhttp://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/I09365772/paul-veyne-a-propos-de-son-livre-le-pain-et-le-cirque.fr.html

Posted in A lire, Regard critique | Tagué: | Leave a Comment »

Pendant la crise, le spectacle continue

Posted by labetiseeconomique sur avril 26, 2010

Avec la 3D, le cinéma s’ouvre à des sensations nouvelles. Certains, comme Jacques Attali, pensent que le jeu video est l’avenir du cinéma et l’avenir dans le divertissement. De son côté, à vitesse accélérée et virale, la publicité s’engouffre dans le monde du spectacle : l’advertainment. En pleine crise économique, par le jeu des nouvelles technologies, ces deux économies  traversent une phase de destruction créative qui pourrait être fatale, si elles ne s’adaptent pas, aux structures traditionnelles. Que penser de ce petit film « viral », imaginé pour Sony, est-ce encore une publicité?  8 images par seconde… La 3D est aussi magique que la stéréoscopie! Le stop motion aussi magique qu’un folioscope (flipbook) au XIXe siècle! … quand la photographie révolutionna l’enregistrement et les représentations du monde.

Posted in A voir | Tagué: , | Leave a Comment »

Qui a dit : plus tard, je serai acteur ou homme politique

Posted by labetiseeconomique sur octobre 17, 2009

Jean Sarkozy vient d’avoir 23 ans. Il est né le 1er septembre 1986 à Neuilly-sur-Seine. Il pensait devenir acteur, il a finalement choisi homme politique et bientôt président de l’Etablissement public d’aménagement de la Défense, comme un enfant choisit la panoplie de Lucky Luke ou de Zorro. Et partout dans les médias, le voici cette semaine qui défend son prochain premier rôle, comme un enfant de star nous explique qu’il a décroché le rôle, comme tous les autres, après un casting… Tout seul, sans devoir rien à personne, sans que ce que soit par « la volonté et l’acharnement d’un homme » (comme dirait « DV »), tentant même de nous expliquer comment avec ce nom là, c’est plus difficile encore ! Enfants de la balle ou politic natives, politique et spectacle, star system et politique, la dérive continue.

Si le fils d’un prix Nobel de chimie, à 23 ans encore 2e année de chimie, voulait diriger le laboratoire, lui donnerions-nous les clefs? Pourquoi ce qui vaut dans de nombreux domaines ne vaut pas pour la conduite des affaires publiques? A moins que là seule compte la « surface sociale » de l’impétrant?

*

C’est l’histoire d’une jeune femme magnifique qui dit à Einstein : marions nous et faisons des enfants, ils seront beaux comme moi et intelligents comme vous. Et si l’inverse se produisait, demande Einstein ?

Posted in Autour de la bêtise | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Trucages et faits divers

Posted by labetiseeconomique sur juin 26, 2009

Les lauréats du grand prix Paris Match du Photoreportage étudiant 2009 avaient truqué leur reportage sur la précarité étudiante, le jury n’y avait rien vu et vient d’annuler le trophée. Rien vu, ou simplement été aveuglé par un miroir médiatique parfait ? Comment imaginer que ce photoreportage n‘était que trucage, quand « le vrai n’est qu’un moment du faux » dans une actualité qui privilégie les émotions, le choc visuel, et développe de plus en plus de formes d’information qui floutent la perception du réel, la téléréalité ou le docu-fiction ?

A mettre en parallèle, les derniers chiffres de l’INA sur la place du fait divers dans l’actualité. Entre 1999 et 2008, les éditions du soir ont évolué jusqu’à consacrer 10% de leur temps d’antenne aux catastrophes et faits divers. Soit une augmentation de 270%… le poids des mots, le choc des photos… de catastrophes et de nouvelles lacrymales, qui nourrissent la compassion. Les médias sont de plus en plus des « entreprises » de presse en concurrence, tant et si bien que, pour certains, la distinction entre le journalistique et le médiatique vaut parfois plus en théorie qu’en pratique…

Posted in Autour de la bêtise, Polémique(s) | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

2009 sera-t-il le mai 68 de Dominique de Villepin : quelques leçons de l’histoire

Posted by labetiseeconomique sur mai 3, 2009

1968-2008 : l’an dernier, 40 ans célébrés par des livres, débats, films et conférences. Mais la plus belle et plus aboutie des célébrations n’était-elle pas celle qui, en 2008, de Kerviel à Madoff, de Lehman Brothers à AIG donnait à voir les mauvais rêves d’un monde réel et les vérités prétendues d‘un monde irréel… Un monde prisonnier, perdu entre deux thèses de Debord (La Société du spectacle, 1967) : « le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n’exprime finalement que son désir de dormir, le spectacle est le gardien de ce sommeil », et « dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux ». Que nous dit-on d’autre aujourd’hui ? Les libéraux découvrent la critique du capitalisme, les marxistes n’existent plus ou se cachent, les keynésiens donnent des leçons qu’ils sont incapables de mettre en œuvre. Ce spectacle est aussi celui des idées qui n’en sont pas. Prophéties situationnistes de Raoul Vaneigem (Traité de savoir vivre à l‘usage des jeunes générations) : « l’histoire présente évoque certains personnages de dessins animés, qu’une course folle entraîne soudain au-dessus du vide sans qu’ils s’en aperçoivent, de sorte que c’est la force de leur imagination qui les fait flotter à une telle hauteur ; mais viennent-ils à en prendre conscience, ils tombent aussitôt. » Imagination ou prise de conscience, le système hésite et vascille. Crises en série ou séries en cours? Pour quelles fins?

Posted in Regard critique | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Subprimes : desesperate housewives

Posted by labetiseeconomique sur mai 1, 2009

Tout comme la série Desesperate Housewives commence par un suicide, l’effondrement du marché immobilier et la chute libre de ménages sans parachutes dorés, a marqué en réalité le début d’une introspection dans la société américaine, où l‘on a découvert que la crise financière ne peut être réduite à une histoire de subprimes et de ménages abusés mais qu’un projet politique et idéologique en porte également la grande responsabilité. Mais cette histoire là est-elle moins « politically correct » ? 

En réalité, le « tous propriétaires », comme la politique monétaire qui lui fut associée aux Etats-Unis, a participé de la volonté néo-conservatrice de régénérer le rêve américain et de détruire, avec un succès relatif, le rapport salarial classique, et la conception d’une société de classes structurée sur ce rapport, pour lui substituer un monde régi par le droit de propriété. En France, adoptant cette nouvelle grammaire de la réussite, la droite a compris, si elle voulait remporter les élections en 2007, qu’elle devait se défaire de l’opposition de classe traditionnelle entre le travail et le capital, et insuffler des comportements capitalistes dans les milieux populaires : l’épargne, l’investissement, l’acquisition par l‘endettement. Bref, dans un pays d’épargnant, où l’hypothèque est surtout synonyme de faillite personnelle, introduire un modèle de société où la distinction se fait entre celui a possède et celui qui ne possède pas. Faire de chacun un capitaliste, même modeste, pour le rendre plus sensible à des thèse libérales.

Le scénario a pris la tournure d’un film catastrophe : peu importe… C’est toutefois à cette aune qu’il faut relire les exhortations à la propriété immobilière du candidat Sarkozy, sa volonté de redéfinir les règles du crédit hypothécaire en France et ses passes d’armes avec Jean-Claude Trichet.

La crise financière a brutalement cassé le rêve sarkozyste de faire émerger en France un nouveau capitalisme populaire national, par une morale du travail et de l‘enrichissement. « Endettez-vous » disait-il. (Robert Zarader, article à paraître)

 

 

Posted in Autour de la bêtise, Regard critique | Tagué: , , , | Leave a Comment »