La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Posts Tagged ‘patrons voyous’

Louise-Michel / Affaire Madoff : le sens de l’honneur

Posted by labetiseeconomique sur décembre 24, 2008

L’actualité apporte parfois des rapprochements étranges. Ainsi cette semaine, la sortie du film Louise-Michel et le suicide, à 65 ans, de l’homme d’affaires français, Thierry de la Villehuchet, victime de l’escroquerie de Bernard Madoff.

Les critiques de cinéma évoquent la mémoire de la militante libertaire. S’en souvient-on, la sortie du film Louise-Michel fête surtout un anniversaire, celui des 6 ans de l’affaire Palace Parfums. En décembre 2002, la direction de l’entreprise Palace Parfums, installée en Normandie, partait sans laisser d’adresse, après avoir vidé le lieu de ses équipements, à la veille de Noël. L’affaire donna forme à l’expression « patrons voyous ». Déjà utilisée à l’encontre des armateurs du Prestige, qui venait de sombrer au large de la Galice, l’expression faisait son entrée dans le langage économique. Elle sera reprise peu après dans l’affaire Metaleurop Nord, traitée dans La Bêtise économique. Dans le film de Benoit Delépine et Gustave Kervern, dix ouvrières d’une usine textile de Picardie décident de faire tuer leur patron par un spécialiste, après que ce patron a déménagé les machines pour les délocaliser en Chine. Pour se faire justice elles-mêmes, après avoir été bafouées.

Gestionnaire de fonds pour des clients européens, Thierry de la Villehuchet avait investi avec confiance dans les affaires de Madoff. Son fonds aurait perdu au moins un milliard de dollars.

Envie de meurtre ou suicide, ces deux faits d’actualité sont partenaires de cœur. Différemment, il y est question de dignité, de morale et d’honneur. Economie virtuelle contre économie réelle ? Patrons voyous contre justiciers et samourais.

 

Publicités

Posted in Derniers articles | Tagué: , , | Leave a Comment »

Recylex face à Metaleurop

Posted by labetiseeconomique sur juillet 7, 2008

En 2003, l’entreprise Metaleurop Nord, sacrifiée sur l’autel d’une gestion industrielle internationale des affaires peu soucieuse de l’écologie, de l’histoire et des hommes, donne tout son sens à l’expression alors abstraite « patrons voyous ». L’affaire Metaleurop Nord devient alors avant tout l’affaire de Noyelles-Godault. Metaleurop SA, sa maison-mère, et Glencore, son actionnaire, transforment cette affaire de désindustrialisation et de plan social en une affaire purement juridique et financière.

C’est justement sur le terrain judiciaire que l’histoire rebondit aujourd’hui. Le 27 juin, le conseil des prud’hommes de Lens a condamné la maison mère de Metaleurop Nord (devenue Recylex) à verser 30 000 euros à 495 ex-ouvriers de l’usine de Noyelles-Godault, pour « licenciement sans cause réelle ni sérieuse ».  Recylex confirme qu’elle interjettera appel des décisions rendues, ce qui aura un effet suspensif.

Affaire à suivre.

Posted in Autour de la bêtise, Derniers articles | Tagué: , , , | Leave a Comment »