La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Posts Tagged ‘bêtise économique’

Les paradoxes du désengagement de l’Etat

Posted by labetiseeconomique sur octobre 17, 2011

Avec la crise économique, le désengagement de l’Etat, engagé depuis plus de vingt ans, trouve ses limites et ses paradoxes. Paradoxe suprême de ce désengagement, ce sont ainsi d’anciens établissements publics nationaux, des partenaires jugés de confiance par nombre de collectivités, qui ont assis des centaines d’élus locaux, de gauche comme de droite, sur un baril de poudre. Comme rappelé dans un rapport de la Cour des comptes sur la gestion de la dette publique locale (juillet 2011), avant la décentralisation, les collectivités n’étaient pas véritablement en mesure de choisir leur prêteur. Vers qui se sont-elles tournées pour emprunter ou, selon le discours marketing bancaire, « avoir une gestion active de leur dette »? Assez benoitement vers des prêteurs historiques qui ont vu s’ouvrir ainsi à eux, le plus souvent sans mise en concurrence, tout un pan fructueux de l’économie française. Le Crédit local de France, encore établissement public administratif géré par la Caisse des Dépôts en 1987 en a largement profité. Privatisé en 1993, il est devenu Dexia, est entré en bourse et s’est haussé au rang de financier mondial des collectivités locales et des services publics. Finalement, en 2008, en pleine tourmente des marchés financiers et révélation sur les risques encourus, les Etats belges et français ont dû injecter six milliards pour sauver la banque de la faillite. Deux ans plus tard, cela n’a pas suffit : au terme de cette coûteuse escapade financière, le retour de la banque des collectivités locales dans le giron de l’Etat à travers la Caisse des Dépôts et la Banque Postale révèle une fois encore les faiblesses de ces stratégies de désengagement sans ligne de conduite politique. A croire que l’affaire du Crédit Lyonnais n’a servi à rien.

Publicités

Posted in Autour de la bêtise, Regard critique | Tagué: , , | Leave a Comment »

Démystifier la bêtise économique

Posted by labetiseeconomique sur septembre 13, 2011

Bêtise économique, en ces temps de crise, l’expression, qui fut le titre de notre livre en 2008, fait aujourd’hui florès. A lire sur le site d’Alternatives Economiques, ce papier de Jean-Marie Harribey : « de l’utilité de l’ironie pour démystifier la bêtise économique ».

http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/2011/09/10/de-lutilite-de-lironie-pour-demystifier-la-betise-economique/

Posted in A lire, Autour de la bêtise | Tagué: | Leave a Comment »

Le milliardaire, le cochon et la chèvre

Posted by labetiseeconomique sur juin 26, 2011

Mark Zuckerberg, le créateur et patron de Facebook, ne mange désormais que des animaux qu’il a tués lui-même. Ses trois premières victimes : un homard, un cochon et une chèvre. Caprice de milliardaire pour les pages people des magazines? Pas du tout, semble-t-il. Le magazine Fortune relaie d’ailleurs très sérieusement la nouvelle qui divise les mouvements écologistes et les amateurs de slowfood. Tout de même, que faire d’un veau entier quand l’envie de le tuer était seulement née du désir d’une bonne côte de veau à la normande ? Car l’affaire ne s’arrêtera pas là, le jeune milliardaire a commencé par des petites bêtes. Encore quelques mois, tel un Cromagnon des temps modernes, armé de son biface, il prendra de l’assurance et s’attaquera à beaucoup plus gros. Et là, problème, que faire d’un boeuf? Le congéler? La perspective de mois entiers à manger du boeuf sied-elle à un milliardaire? Non. Dans ce cas, le partager. Créer un réseau carnivore social. Le repas n’est-il pas depuis toujours le premier lieu de rassemblement et de communication? Venez tous, ce week-end, j’ai tué un boeuf.  Sur Internet, l’information est largement commentée, mais très faiblement du point de vue économique par toutes les filières concernées par l’affaire, elles devraient pourtant. Sous un pseudo-prétexte écologique, Mark Zuckerberg est peut-être en train d’aller encore plus loin dans la transformation des modes de vie et de millions d’urbains en chasseurs-cueilleurs!  Quel intérêt Mark Zuckerberg aurait-il autrement à nous parler de son alimentation, justement au moment où Facebook, fort de ses 700 millions de membres, connaît une toute petite baisse de régime? Joli storytelling personnel qui donne des perspectives de « second life » à Facebook. Le milliardaire, le cochon et la chèvre, on hésite entre « Big brother » et « back to the trees ».

Posted in Autour de la bêtise | Tagué: , , , , | 1 Comment »

La bêtise économique en quelques chiffres

Posted by labetiseeconomique sur juin 23, 2011

Et si nous ne lisions que les chiffres? Se contenter d’une information clinique et, sans commentaires, pister des exemples de bêtise économique. Aujourd’hui : La dette revient à 25 000 euros par Français. En cas de hausse de un point des taux d’intérêt, les intérêts sur six ans s’élèveraient à 35 milliards de plus.   // La taxation implicite des PME est de 39% contre 19% pour les grandes entreprises (direction du Trésor)// La moitié des surfaces irriguées est consacrée à la culture du maïs.

http://www.chiffredujour.fr/

Posted in Autour de la bêtise | Tagué: , , | Leave a Comment »

Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance…

Posted by labetiseeconomique sur décembre 6, 2010

Quand l’année 2010 a commencé avec le débat  » Faut-il revenir au Franc » ?, elle se termine avec Cantona et cette idée de bank run le 7 décembre, également avec l’Irlande qui ne voulait pas du traité de Lisbonne (elle l’accepta finalement fin 2009) et finalement se trouve contrainte d’accepter l’aide européenne. Et de nouveau, le débat sur l’euro revient comme un serpent de mer. Aujourd’hui, dans un entretien au journal Le Monde, Gérard Longuet président du groupe UMP au Sénat, lance ainsi »La France doit sortir de l’euro ou des 35h, on ne peut avoir les deux ».

Cantona fait sourire autant qu’il inquiète. Dans un contexte de crise irlandaise et d’austérité budgétaire, il révèle des symptômes profonds dans l’opinion, qui peuvent annoncer d’autres formes de contestations.  Face à la crise économique, les pays européens  et leurs citoyens oscillent entre contradictions et solidarités nécessaires, entre individualités et jeu collectif, attisés par de nouveaux Robin de bois.

Sortir de l’euro, faire sauter les banques, comment expliquer ces deux idées simples qui agitent ce début de semaine! A minima en relisant ce qu’écrivait Tocqueville dans « De la Démocratie en Amérique » (1835) :  « Le système fédératif repose donc quoi qu’on en fasse, sur une théorie compliquée, dont l’application exige, dans les gouvernés, un usage journalier des lumières de leur raison. Il n’y a, en général, que les conceptions simples qui s’emparent de l’esprit du peuple. Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe.« .

Posted in Autour de la bêtise, Polémique(s), Regard critique | Tagué: , , , | Leave a Comment »

2008-2010 : de l’inquiétude à la défiance

Posted by labetiseeconomique sur décembre 5, 2010

L’appel d’Eric Cantona vient d’enfler en quelques jours. De buzz internet, il est devenu « alerte rouge » depuis que les grands médias s’en sont emparé (preuve que le « vu à la TV » reste une valeur sure en matière de publicité). Appeler les citoyens à vider leurs comptes bancaires, est-ce une bêtise économique? Assurément. Renvoyer Cantona dans ses buts comme l’ont fait Christine Lagarde et François Baroin, tout autant. Agaçant,  maladroit et attisant les envies d’un peuple qui aime les révolutions autant que le jeu, et qui serait prêt à tenter le coup, juste pour voir. Un peuple qui se reconnaît dans Astérix et n’aime rien tant que les histoires d’où les petits sortent victorieux. Pourquoi la Ministre n’a-t-elle pas plutôt cherché à recevoir celui qui, en un tour de passe-passe, a pris la lumière de Besancenot, Mélenchon et consorts? Non, au lieu de cela, François Baroin s’exclame « Chacun son métier et les vaches seront bien gardées ». La pique est bien tournée, quoique, de quelques vaches parle-t-on ?  Oh, la vache, vaches à lait?

Retour en arrière, exactement deux ans en arrière, avec quelques citations extraites de la presse de l’époque. En octobre 2008, les Français n’avaient qu’une seule obsession, que leur banque ne fasse pas faillite. Deux ans plus tard, voilà Cantona qui appelle à la faillite du système (bankrun). La vraie question est bien de comprendre ce qu’il s’est passé entre temps dans la tête de l’opinion, pour que de l’inquiétude naisse la défiance et ce sentiment d’injustice. 

25 septembre 2008 (Le figaro) : Alors que la crise financière fait rage et que l’inquiétude monte chez les Français, le président de la République s’est voulu rassurant. «Quoi qu’il arrive, l’État garantira la sécurité et la continuité du système bancaire et financier français. (…) Grâce à la loi du 25 juin 1999, leurs avoirs sont en grande partie couverts par le Fonds de garantie des dépôts. (…) Le «trésor de guerre» du Fonds de garantie s’élève aujourd’hui à 1,8 milliard d’euros. (…) Un montant qui serait insuffisant pour faire face à la banqueroute, improbable, d’une banque à réseau. Mais des solutions techniques existent. »

30 septembre 2008 (Capital) : « L’inquiétude des Français est grandissante. A l’Association française des usagers des banques (Afub) nous recevons des centaines de lettres, ce qui est une première en 21 années d’existence. Depuis une semaine, les particuliers qui nous appellent ne s’inquiètent même plus forcément sur leur épargne, mais se demandent tout simplement si le système est assez solide pour faire face à la crise. Les Français sont angoissés, ils ont peur du lendemain. »

14 octobre 2008 (www.service-public.fr) : « Les Etats membres de l’Union européenne se sont mis d’accord début octobre 2008 pour augmenter la protection des dépôts des particuliers jusqu’à un montant d’au moins 50 000 euros (au lieu de 20 000 euros), pour une période initiale d’au moins un an. Pour un certain nombre de pays, cette décision ne change rien dans l’immédiat, la France offrant déjà par exemple une garantie à hauteur de 70 000 euros. »

Posted in Autour de la bêtise, Polémique(s), Regard critique | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’éducation nationale française, 6e employeur mondial… et pourtant.

Posted by labetiseeconomique sur mai 13, 2010

Le magazine Le Point publie cette semaine la liste des quinze plus grands employeurs du monde. Parmi eux, trois grandes entreprises postales : en septième position, l’US Postal Service (765 088 personnes), la Deutsche Post (451 515) UPS (426 000). Des entreprises chinoises en nombre. Et deux Français. Au jeu des devinettes, nous aurions perdu! Qui sont-ils ? L’éducation nationale qui arrive en sixième position mondiale avec 1,05 million de personnes et le groupe Carrefour (495 287) en dixième position.

 

Première par le nombre… tandis que la France, par son système éducatif, est le pays « où l’impact de l‘origine sociale sur les résultats des élèves est le plus grand, de l‘ordre du double de celui du Japon ou du Canada. Ces données font de la France le pays occidental le plus éloigné de l‘objectif de l‘égalité des chances, pourtant affirmé à l‘article premier du code de l‘éduction.» C’est ce qu’a conclu cette même semaine Didier Migaud, le nouveau président de la Cour des Comptes, faisant référence à un épais rapport de 400 » pages « l‘éducation nationale face à l‘objectif de la réussite de tous les élèves », qui dresse un bilan très critique de l’Education nationale, mettant en cause la « gestion uniforme des établissements et des personnels »…Résultat : La France est le pays de l’OCDE où le retard scolaire à 15 ans est le plus important. En France, un jeune sur cinq ne maîtrise pas les compétences de base en lecture au terme de la scolarité obligatoire. Encore plus de profs, comme le préconisent certains, est-ce bien la solution? Encore plus de moyens? Fuite en avant selon ce rapport : « nos difficultés ne viennent pas des moyens disponibles, mais bien de l’inadaptation de notre système éducatif, qui n‘est pas suffisamment orienté vers les besoins des élèves (…) Lorsqu‘on rapporte les dépenses par élèves, les comparaisons internationales montrent que certains pays les plus performants, comme la Finlande ou le Japon, figurent parmi les moins coûteux ».

 

Posted in Polémique(s) | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Stress au travail : épisode 2, la liste rouge a disparu

Posted by labetiseeconomique sur février 19, 2010

La liste rouge a disparu ! Nous le remarquions hier : 600 entreprises classées « rouge » soit la moitié de la liste des 1500 entreprises citées, conduisait le gouvernement à communiquer sur des résultats saisissants mais largement biaisés voire dommageables ! Cette stratégie du chiffon rouge, du spectacle et du piquet illustrait une fois de plus les relations complexes que les politiques entretiennent avec les entreprises et le monde économique. Vous avez trois mois avait dit le ministre autoritaire ou vous serez collés! Résultat : 45% des 1.500 grandes entreprises françaises citées (plus de 1.000 salariés) étaient classées en rouge, 35% en orange (elles ont engagé une ou plusieurs réunions de négociations ou de discussions), et 20% en vert (elles déclarent avoir signé un accord de fond ou de méthode). Aujourd’hui, on peut lire sur le site du Ministère : «  à l’issue de la première classification, de nombreuses entreprises classées en rouge (absence de réponse) ou en orange (plan d’action ou projet d’accord en cours mais non finalisé) ont fait part au ministère de leurs intentions d’engager ou de poursuivre des démarches en matière de lutte contre le stress. Nous nous employons à préparer une nouvelle photographie de la situation des entreprises ». Cette stratégie de la réputation honteuse présente des risques majeurs : des projets d’accords pourraient être engagés à la va-vite pour passer du rouge à l’orange et une mauvaise image des entreprises françaises est ainsi donnée en pâture à la presse internationale. La liste est aujourd’hui retirée du site… mais, en une journée, elle a été vue plus d’un million de fois !   Et, sans beaucoup chercher, elle est encore très facilement trouvable sur internet. Jeu de dupes et bel exemple de bêtise médiatique et économique.

Posted in Autour de la bêtise, Polémique(s) | Tagué: , , | Leave a Comment »

Tout va très bien?

Posted by labetiseeconomique sur février 5, 2010

Sortie de crise ? Les politiques la décrètent. Les experts désespèrent. Mais les opinions publiques restent dubitatives.la reprise dans l’ensemble des pays de l’OCDE se révèle timide. Même si dans quelques pays comme en France l’emploi a connu une petite embellie fin 2009, les tensions à venir sont inévitables. En 2008 et 2009, au prix de dettes publiques considérables, les Etats ont investi massivement dans l’économie et en particulier dans le système financier. Les effets de court terme sont bien là, et le soutien public a été efficace. Mais les dettes sont telles que les Etats vont retrouver plus de réserve dans leurs interventions, et les entreprises sont loin de prendre le relais. Les investissements sont atones et les plans sociaux se préparent ou se déploient en nombre. Croissance et emploi sont fragiles. Qui plus est, de façon classique, depuis longtemps la théorie des cycles nous a enseigné que les effets dépressifs sur l’emploi perdurent et qu’il faut attendre en moyenne six à neuf mois pour que la reprise ait un effet positif sur l’emploi.

Les ménages affichent une confiance modérée et brident leur retour à la consommation. Là aussi, les mesures de court terme en soutien au pouvoir d’achat vont voir leurs effets progressivement s’estomper en 2010 (prime à la casse, baisse de la fiscalité sur la consommation,…). Conjuguées aux incertitudes sur la croissance et l’emploi, les tensions sur le pouvoir d’achat vont au mieux alimenter l’attentisme des consommateurs, au pire conforter la crise de confiance. L’aversion au risque va perdurer voire s’aggraver. Tout va très bien,  donc !

Posted in Autour de la bêtise, Regard critique | Tagué: , , | Leave a Comment »

10 ans de communication sensible

Posted by labetiseeconomique sur janvier 25, 2010

Le magazine de la communication de crise et sensible, édité par l’Observatoire international des crises, fête ses dix ans. Un coup de chapeau à Didier Heiderich et à Thierry Libaert, pour leur persévérence, leur énergie et l’originalité des thématiques (art et crise, etc.). Et un grand merci d’afficher, parmi les cinq articles référents, « L’affaire LU, autopsie d’une crise d’un nouveau type », cet article qui inspira la naissance de notre ouvrage « La Bêtise économique ». 

A lire également : La communication de crise chez Air France, par Hédi Hichri, 2009 / Influence sur Internet, par Didier Heiderich, 2009/ Crise 1..150, par Thierry Libaert, 2007 / Gestion de crise, premiers réflexes pour le pilotage, 2005.

http://www.communication-sensible.com/10-ans/default.php

Posted in A lire, Autour de la bêtise | Tagué: , , , , | Leave a Comment »