La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

160 000 jeunes « perdus de vue »…

Posted by labetiseeconomique sur novembre 20, 2011

Entre juin 2011 et octobre 2011, 223.000 jeunes sont sortis du système éducatif sans diplôme, soit environ 5% des jeunes de plus de 16 ans. Sur ces 223.000, un quart est pris en charge par des missions locales. 160.000 sont partis sans laisser d’adresse, ils sont « perdus de vue ». Telles sont les estimations données récemment par le ministère de l’Education (Luc Chatel au Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro). 160 000 jeunes « décrocheurs » et personne ne sait ce qu’ils sont devenus!

160 000? Une estimation certes, mais une estimation qui ne fait qu’augmenter… Petit retour en arrière, il y a deux ans déjà.

2009 (29 septembre), dans son discours « Agir pour la jeunesse », Nicolas Sarkozy déclarait  » je ne peux me résoudre à laisser 100 000 jeunes Français partir à la dérive », promettant que l’Etat ne laisserait plus aucun jeune sans formation ni qualification.

2009 (octobre, site du gouvernement) : « Chaque année, 120 000 jeunes décrochent du système scolaire. » Quelques jours plus tard, déjà 20 000 de plus sur ce radeau à la dérive?

Janvier 2011 (séance de l’Assemblée nationale du 19 janvier), selon le ministre Luc Chatel :  » Le chiffre de 120 000 élèves est régulièrement cité, mais il s’agit d’une estimation ». Une estimation qui augmente n’est plus seulement une estimation…

12 mai 2011, sur RTL, le même Luc Chatel : « Entre juin 2010 et mars 2011, 293.000 jeunes ont été dans ce cas. Parmi eux, 180.000 étaient « perdus de vue » . (…) Jusqu’à présent, personne ne savait vraiment combien de jeunes sortaient du système scolaire sans diplôme ni qualification. Les chiffres qui circulaient tournaient autour de 150.000 jeunes chaque année. »  L’estimation continue d’augmenter… En deux ans, en voici 30 000 de plus sur ce radeau à la dérive.

9 Juin 2011 (séance de l’Assemblée nationale), toujours selon le ministre Luc Chatel : « Entre juin 2010 et mars 2011, quelque 250 000 jeunes ont été touchés par le fléau du décrochage, dont 72 000 sont suivis par les missions locales, les 180 000 élèves restants ayant quitté le système scolaire sans diplôme et sans information sur leur situation ». Alors, 293 000 ou 250 000 ?

13 novembre 2011 : Sur le radeau à la dérive, le ministre du « capitaine dans la tempête » compte  160 000 décrocheurs aujourd’hui…

Aux grands maux, les grands remèdes. Pas vraiment. Aux grands maux, les grands mots pour l’instant. Agir pour la jeunesse? Les décrocheurs sont de plus en plus nombreux, c’est finalement la seule donnée qui paraît certaine. L’équivalent en habitants de la ville de Grenoble ! Et quoi, rien! Chaque année, 160 000 jeunes glissent, lâchent prise et dévissent. Pour tomber où? Nul ne le sait, ils n’échouent pas, ils décrochent! Noir absolu à l’horizon, néant, « perdus de vue ».  Aujourd’hui, l’information ne fait l’objet que d’une brève dans le Journal du Dimanche. Une brève, pas plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :