La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Le pouvoir est comme la tête de la méduse

Posted by labetiseeconomique sur février 6, 2011

S’accrocher au pouvoir, perdre le pouvoir, se croire tous pouvoirs, fil rouge de l’actualité politique, littéraire, sociale et morale de ces deux dernières semaines. En Tunisie, en Egypte, perdre le pouvoir et vaciller, prendre l’avion pour la France, l’Europe, loin, en Côte d’Ivoire ou en Belgique, pouvoirs en vacance. Au gouvernement, Michèle Alliot-Marie, la possibilité du doute : être, être capable d’être, ministre  de la Défense, de l’Intérieur, puis de la Justice, puis des Affaires étrangères. Et, prendre l’avion, se prendre les pieds dans le tapis rouge, être ministre des affaires étrangères et tout pouvoir en vacances… Pouvoirs de la notoriété, magie du miroir et de l’envie de soi « jusqu’à l’excès », se vanter de dormir quatre heures par nuit pour se rêver parmi les grands hommes. Se brûler les ailes. Et que sonne le glas. Pouvoir des médias, Le Monde ou Libération, où nombreux comme en politique, se sont auto-proclamés les candidats.

« Le pouvoir est comme la tête de la méduse : celui qui en a vu la figure ne peut plus en détourner le regard, reste fasciné et charmé. Celui qui a goûté l’ivresse de la domination et du commandement ne peut plus s’en passer. Qu’on cherche dans l’histoire universelle des exemples de renoncement volontaire : en dehors de Sylla et de Charles Quint, on en trouve à peine dix qui, le coeur rassasié et l’esprit apaisé, aient pu renoncer à la volupté presque sacrilège de diriger les destins de millions d’hommes. »  Stefan Zweig (Fouché). 

Pouvoir du langage : lire le numéro spécial de la Revue Hermès consacré à la langue de bois et au « parler vrai ». « La langue de bois n’est pas propre au système totalitaire, soulignent les auteurs. Elle existe bel et bien en démocratie et occupe de plus en plus l’espace public. Tout le monde s’en indigne, mais elle est constamment pratiquée, notamment par ceux qui sont en position de pouvoir. C’est bien son paradoxe. Sa spécificité, au-delà de sa fonction de « communication », est in fine de figer l’imagination et de rendre illusoire la liberté d’expression individuelle. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :