La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

2008-2010 : de l’inquiétude à la défiance

Posted by labetiseeconomique sur décembre 5, 2010

L’appel d’Eric Cantona vient d’enfler en quelques jours. De buzz internet, il est devenu « alerte rouge » depuis que les grands médias s’en sont emparé (preuve que le « vu à la TV » reste une valeur sure en matière de publicité). Appeler les citoyens à vider leurs comptes bancaires, est-ce une bêtise économique? Assurément. Renvoyer Cantona dans ses buts comme l’ont fait Christine Lagarde et François Baroin, tout autant. Agaçant,  maladroit et attisant les envies d’un peuple qui aime les révolutions autant que le jeu, et qui serait prêt à tenter le coup, juste pour voir. Un peuple qui se reconnaît dans Astérix et n’aime rien tant que les histoires d’où les petits sortent victorieux. Pourquoi la Ministre n’a-t-elle pas plutôt cherché à recevoir celui qui, en un tour de passe-passe, a pris la lumière de Besancenot, Mélenchon et consorts? Non, au lieu de cela, François Baroin s’exclame « Chacun son métier et les vaches seront bien gardées ». La pique est bien tournée, quoique, de quelques vaches parle-t-on ?  Oh, la vache, vaches à lait?

Retour en arrière, exactement deux ans en arrière, avec quelques citations extraites de la presse de l’époque. En octobre 2008, les Français n’avaient qu’une seule obsession, que leur banque ne fasse pas faillite. Deux ans plus tard, voilà Cantona qui appelle à la faillite du système (bankrun). La vraie question est bien de comprendre ce qu’il s’est passé entre temps dans la tête de l’opinion, pour que de l’inquiétude naisse la défiance et ce sentiment d’injustice. 

25 septembre 2008 (Le figaro) : Alors que la crise financière fait rage et que l’inquiétude monte chez les Français, le président de la République s’est voulu rassurant. «Quoi qu’il arrive, l’État garantira la sécurité et la continuité du système bancaire et financier français. (…) Grâce à la loi du 25 juin 1999, leurs avoirs sont en grande partie couverts par le Fonds de garantie des dépôts. (…) Le «trésor de guerre» du Fonds de garantie s’élève aujourd’hui à 1,8 milliard d’euros. (…) Un montant qui serait insuffisant pour faire face à la banqueroute, improbable, d’une banque à réseau. Mais des solutions techniques existent. »

30 septembre 2008 (Capital) : « L’inquiétude des Français est grandissante. A l’Association française des usagers des banques (Afub) nous recevons des centaines de lettres, ce qui est une première en 21 années d’existence. Depuis une semaine, les particuliers qui nous appellent ne s’inquiètent même plus forcément sur leur épargne, mais se demandent tout simplement si le système est assez solide pour faire face à la crise. Les Français sont angoissés, ils ont peur du lendemain. »

14 octobre 2008 (www.service-public.fr) : « Les Etats membres de l’Union européenne se sont mis d’accord début octobre 2008 pour augmenter la protection des dépôts des particuliers jusqu’à un montant d’au moins 50 000 euros (au lieu de 20 000 euros), pour une période initiale d’au moins un an. Pour un certain nombre de pays, cette décision ne change rien dans l’immédiat, la France offrant déjà par exemple une garantie à hauteur de 70 000 euros. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :