La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Zodiac, sous le signe du Safran

Posted by labetiseeconomique sur juillet 15, 2010

Zodiac a lu le courrier de 3 pages envoyé par Safran, puis a refusé la proposition de fusion de l’équipementier aéronautique. Pour l’expliquer, la plupart des médias et des experts invoque le choc des cultures, d’un côté un groupe entrepreneurial dont l’actionnariat est encore à 40% celui des familles à l’origine de sa création en 1896, de l’autre une entreprise possédée à 30% par l’Etat, d’autres les faibles synergies que dégagerait cette union. Certains aussi la mettent en garde : le syndrome Latécoère pourrait la guetter. C’est mal connaître la culture de cette entreprise, capable de se transformer comme peu de grands groupes français internationaux l’ont fait, mais aussi très prudente, sans doute parce que ses actionnaires et ses dirigeants se souviennent de  ces années 1970 qui faillirent la voir périr. Née en 1896, Zodiac n’est pas un « pur » équipementier aéronautique, il l’est devenu depuis quinze ans, après de nombreux allers-retours sur ce marché. Zodiac est né en 1896, avec les débuts de la conquête de l’air, les ballons libres et les dirigeables. L’entreprise a quelque temps fabriqué des moteurs d’avion, quand les industriels de l’automobile tentaient également l’aventure de l’air… puis a conquis les mers avec le bateau pneumatique. C’est d’ailleurs par ce marché du gonflable que l’entreprise a peu à peu quitté l’eau pour revenir dans les airs, d’abord en accompagnant les essais nucléaires dans le Pacifique puis en se lançant dans la conception de tobbogans d’évacuations pour avions. Et c’est seulement en 2008 que Zodiac est finalement devenue Zodiac Aérospace. La branche nautique a été entièrement vendue. Zodiac est donc un jeune équipementier aéronautique. En cela, ce groupe, par sa culture et son histoire, n’est comparable à nul autre sur ce marché. Encore récent, le retrait du marché du nautisme a marqué une vraie rupture. En cela, cette proposition de mariage, par elle seule, au-delà même de sa substance, est une autre rupture, elle est l’occasion pour Zodiac de voir combien son image a changé dans le regard des autres.  (Catherine Malaval, auteur de Zodiac, 1896-1996)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :