La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

Au nom du père et de l’égalité républicaine

Posted by labetiseeconomique sur octobre 26, 2009

Ça y est, Jean Sarkozy a trouvé un job, il entrera quand même à l’Epad. L’affaire s’envenimant, on allait lui conseiller le CV anonyme, puisque son nom lui pesait tant! Juste pour voir, même pour vingt-quatre heures, comme dans une émission de téléréalité : coincé dans un ascenseur social qui le déposerait de stage en intérim en cdd, parfois le ferait redescendre par l’escalier, mauvaise pioche, un plan social! Soudain l’ascenseur tomberait en panne, impossible d’aller plus haut, ou alors par l’escalier.   

Ouf, Jean Sarkozy a trouvé un job. Tant mieux, parce que, sans diplôme, la concurrence s’annonçait rude en cette rentrée de crise. « Vers mars-avril, les jeunes diplômés issus de trois promotions vont se retrouver sur le marché de l’emploi, souligne Pierre Lamblin, directeur du département études et recherche de l’Apec, dans un article du Figaro. Ceux de la promotion 2009 n’ayant toujours pas trouvé un emploi. Ceux de la précédente dont les longues recherches seront demeurées vaines. Enfin, ceux de la promotion 2010, qui trois à quatre mois avant la fin de leurs études commenceront à prospecter ». Avec la crise, de plus en plus de jeunes diplômés n’accèdent pas à l’emploi auquel ils pouvaient prétendre. Les enfants d’aujourd’hui doivent souvent posséder beaucoup plus de diplômes que leurs parents pour espérer la même position (cf. Louis Chauvel, Le destin des générations). Les intellos précaires se sont multipliés. Les études ne paient plus toujours. De plus en plus de jeunes souffrent de déclassement. Ouf, Jean Sarkozy a trouvé un job. Tant mieux pour lui, mais quelle amertume laissée par cette « affaire Sarkozy junior » en pleine crise de l’emploi des jeunes…     

*

Lu dans Le Point cette semaine : « Jeunet cherchait un gamin pour me jouer à l’âge enfant. Je lui ai proposé mon fils, mais il a passé des essais comme tout le monde. Il s’était mis une pression d’enfer. « Si je suis pas pris, alors que je suis ton fils, c’est la honte. » Encore Jean Sarkozy ? Non, le fils de Dany Boon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :