La bêtise économique

L’actualité économique, côté pile, côté face, par Catherine Malaval et Robert Zarader

les derniers jours de Sediver, à Saint-Yorre

Posted by labetiseeconomique sur juin 13, 2008

Didier Le Gorrec, Journaliste indépendant

Bravo pour votre livre, qui met en valeur une certaine dérive du traitement médiatique et politique des affaires de ce type. Dans les questions liées aux fermetures de site, la vérité est rarement dite car elle n’arrange ou n’intéresse personne. Je voudrais dire deux mots ici de l’affaire Sediver, à Saint-Yorre, qui semble tout à fait bien correspondre à ce que vous nommez pertinemment la « bêtise économique ». L’entreprise a d’ailleurs rapporté ces événements dans un « Livre Noir », n’ayant pu trouver d’autre solution pour que l’on écoute sa version des faits. Constatant une perte de compétitivité de son site auvergnat (par rapport à son principal site de production transalpin, le coût de l’heure de travail à Saint-Yorre y était plus élevé de 87 % et le coût par personne et par an, de 57 %), Sediver, qui fait partie du groupe italien Seves, a voulu fin 2003 en finir avec la dégradation chronique de son bilan sur 8 exercices. Début 2004, la direction a demandé la consultation du Comité central d’entreprise sur un projet de fermeture. Après une première période houleuse de négociations marquées par une stratégie de blocage de la part du CCE (absence aux réunions, refus de signer les PV), Sediver a proposé finalement un projet alternatif visant à sauver 166 emplois sur 286, soit plus de la moitié des effectifs, sans compter les possibilités de départs en pré-retraite (pour une cinquantaine de personnes ni les reclassements). Le Groupe s’est alors dit prêt à investir 10 millions d’euros pour adapter l’outil industriel à de nouvelles fabrications. Un projet que l’État était prêt à soutenir {via un « plan Sarkozy », ce dernier étant alors ministre de l’Économie et des Finances} et que le Préfet a qualifié de « sérieux ; cohérent et fiable ». Mais ce plan de sauvegarde a été refusé par le CCE. Et le site a donc fini par fermer.
Il est une chose de constater le jusqu’auboutisme qui a alors été mis en œuvre par les instances représentatives du personnel (blocage des fabrications, demande d’augmentation des salaires de plus d’un tiers, proposition d’un plan B non viable, refus de signer les PV de réunion, recours systématique à l’obstruction, etc. ). Bien que contre-productif dans le cas de Sediver à Saint-Yorre (puisqu’aucun emploi n’a été sauvé de ce fait), il fait partie d’un jeu traditionnel d’intimidation et de défense des intérêts, même si ce jeu est allé un peu plus loin dans ce cas.


Il est autre chose d’analyser le traitement politico-médiatique de cette « affaire Sediver ». Avec un constat clair : les protagonistes de cette affaire ont fait l’objet d’un écho différencié dans les médias. « L’aventure humaine » étant plus encline à captiver le lecteur que « l’aventure économique », c’est l’histoire du personnel de l’usine de Saint-Yorre qui a servi de « prisme » pour évoquer le conflit. De facto, l’opinion de l’intersyndicale, ainsi que ses arguments, ont été repris dans la presse régionale et locale comme autant d’éléments supposés (et en quelque sorte légitimés) d’un récit objectif des événements. Une portée médiatique d’autant plus large qu’autour du « problème Sediver » se sont cristallisées les difficultés économiques du bassin d’emploi de Vichy-Cusset et, au-delà, celles du département et de la région. Les préoccupations actuelles de la population (en premier lieu, l’emploi et les délocalisations) ont servi de caisse de résonance à l’affaire Sediver. Dans ce contexte, les élus locaux (municipalité, conseil général, conseil régional) ont eu tendance à se positionner comme porte-parole des salariés de Sediver en particulier et de la population auvergnate en général. Ainsi ont-ils régulièrement demandé des comptes aux autres acteurs que sont l’État (ministère, préfecture) et l’entreprise. Réflexe légitime, à bien des égards : ils sont les représentants du peuple, élus par lui. On peut regretter toutefois que la classe politique locale (et parfois nationale) n’ait pas souvent développé auprès de son électorat une « pédagogie de la réalité » qui aurait contribué à sauver un nombre très important d’emplois. L’un des faits les plus caractéristiques de ce traitement médiatique est l’utilisation à tout bout de champ du mot « délocalisation » dans la presse, en particulier régionale et locale. Parallèlement au plan de sauvegarde de ce site non rentable, le groupe Seves a en effet souhaité rapprocher sa production de sa clientèle chinoise. Pour le groupe, l’ouverture d’un site de production en Chine avait pour but de se rapprocher de ce marché local, où les prix pratiqués sont très inférieurs aux prix européens. C’était donc produire en Chine pour vendre en Chine, ce qui n’a rien à voir avec une délocalisation « off shore » qui serait destinée à vendre à bas coût en France.

Dans cette affaire, la politique politicienne a donc pris  le pas sur toute réflexion d’ensemble de la part des élus, notamment locaux. À cet égard, certains politiciens ont alimenté dans la communauté locale l’espoir de modifier les décisions de l’entrepreneur. Une attitude que l’on peut qualifier d’irresponsable sur un plan social : dans un pays de droit où les stratégies industrielles sont clairement élaborées par l’entrepreneur (ce que ces politiciens n’ignorent pourtant pas), alimenter de tels espoirs signifie sacrifier les travailleurs et leur famille au bénéfice de la prise de parole politique.

De ce point de vue, les propos tenus  par le maire de Vichy, au conseil municipal du 8 juillet 2005, ont témoigné d’un renversement de situation notable. « Cela fait un an que je m’interdis de répondre aux attaques dont fait l’objet {le plan} Sarkozy, un an que j’ai envie de crier à la manipulation, a déclaré Claude Malhuret en séance. Maintenant que tout est fini, je ne vais pas me gêner. Parce que moi, je n’ai rien à me reprocher, contrairement à tous ces irresponsables qui ont conduit au gâchis. Aujourd’hui, chacun sauf vous {à l’adresse de l’opposition municipale} s’est aperçu de la réalité. La réalité, c’est qu’au nom des grands principes, il y a eu zéro emploi à Sediver, c’est qu’on est passé à côté de 160 emplois. Aujourd’hui, tout le monde a compris que les arguments de ceux qui ont refusé le plan Sarkozy, c’était du vent. Un jour ou l’autre, il faudra bien dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. » Des propos qui se passent de commentaires…
 
 
 
 
 

 

Publicités

11 Réponses to “les derniers jours de Sediver, à Saint-Yorre”

  1. TRILLET said

    Monsieur Le GORREC, lorsque l’on se définit « journaliste indépendant », il me semble plus sain et plus honnête d’éviter de juger sans connaître la situation réelle du sujet traité.Votre approche du conflit qui a duré 2 ans (et qui continue juridiquement)est superficielle et tendancieuse. Chacun peut dire de l’autre qu’il est « bête » lorsque celui-çi n’est pas d’accord avec vous. Mais là, rien ne se fait collectivement et nous continuons à accepter celui qui a la voix qui porte le plus loin, ou celui qui manie la rhéthorique le plus habilement. Votre article est bourré de contadictions autant économiques que
    dans son analyse.Comment faire comprendre que le plan visant à sauver 166 emplois était viable, en expliquant 3 phrases plus haut que l’heure travaillée à St Yorre était plus élevée de 87%??
    Comment défendre a bras le corps les délocalisations (vous qui êtes indépendant??) lorsqu’il s’agit de la fermeture d’un site leader mondial de l’isolateur, sans concurence reconnue si ce n’est en interne!! et quand la menace pése sur 286 personnes, sur les sous traitants, sur l’économie d’un bassin déjà bien malade. Pensez vous que votre rôle est de continuer à proner une injustice sociale grandissante, de cultiver un intellect au service des puissants et de ceux qui égoïstement détruisent et créent les plus grands désastres humains sans se soucier des conséquences collectives. Je vous conseille de continuer votre travail de journaliste « indépendant » au FIGARO.
    J’ai écrit un livre sur le combat de SEDIVER, mais je doute que cela puisse vous interesser. C.TRILLET

  2. Didier Le Gorrec said

    Qui est vraiment indépendant dans cette histoire ?

    Cher M. Trillet.

    Votre post est en lui-même un petit condensé bien représentatif, me semble-t-il, des commentaires habituellement faits dans ce genre d’affaire. Là où l’analyse scrupuleuse des événements ne doit être ni de droite ni de gauche — je ne vois pas pourquoi vous me parlez du Figaro, journal auquel je n’ai jamais collaboré ! — , on voit au contraire que vous politisez cette approche. Est-ce vraiment moi qui ai preuve de manque d’indépendance, êtes-vous sûr ? Passons rapidement sur votre emploi de grandes phrases du type « cultiver un intellect au service des puissants », qui ne font guère avancer le schmilblick. Passons également sur votre insistance à parler encore de « délocalisation », erreur abusive (et volontaire ?) de votre part : lorsque l’on choisit de fermer une usine dans le pays A et que l’on ouvre une production dans le pays B pour la clientèle du pays B, ce n’est pas une délocalisation. Dans le cas de Sediver à St Yorre, au moins la moitié de la production était déjà destinée à la clientèle chinoise, celle-ci offrant de surcroît des perspectives de développement bien supérieures au reste des débouchés.
    Je passe sur tout ça car l’essentiel de mon propos, en lien avec le sujet du livre « La bêtise économique » de Catherine Malaval et Robert Zarader, n’est pas là. Il est d’analyser le processus qui a conduit à cette fermeture. Comme vous, je déplore la fermeture de Sediver à Saint-Yorre, un malheur pour les familles et pour l’économie locale. Et pourquoi en est-on arrivés là ? Si vous semblez implicitement admettre que le coût du travail y était trop élevé (manifestement, vous ne remettez pas en cause mon « 87% »), alors vous avez raison : le problème auquel l’affaire Sediver fait écho c’est avant tout celui de l’attractivité de notre territoire. À l’échelon local et régional, je n’ai pas vu beaucoup d’articles de journaux locaux ni entendu les politiques (oh, pardon) évoquer le problème. Dommage. Je souligne au passage que la critique que vous faites sur les soi-disantes contradictions de mon article — « Comment faire comprendre que le plan visant à sauver 166 emplois était viable, en expliquant 3 phrases plus haut que l’heure travaillée à St Yorre était plus élevée de 87% », avez-vous écrit — est infondée : vous qui dîtes connaître le sujet puisque vous avez écrit un livre dessus (je n’ai pas trouvé quelle est la maison d’édition, au fait), vous devriez savoir que ce plan de sauvegarde demandait des contreparties aux salariés, en l’occurrence passer de 30 heures à 35 heures hebdomadaires travaillées.

    Enfin, avec vous qui donnez des leçons d’honnêteté, parlons du fond de l’affaire St Yorre. Pouvez-vous HONNETEMENT affirmer que ce plan visant à maintenir 166 emplois sur les 287 existants (sans compter les possibilités de départ en pré-retraite ni les reclassements) était un mauvais plan ? Pouvez-vous SINCEREMENT affirmer que l’absence de la culture du compromis n’a joué aucun rôle quant à l’issue finale de l’affaire ? Pour finir, pouvez-vous sans sourciller certifier que politiciens, syndicats et médias ont tout fait, absolument tout, pour promouvoir cette logique du compromis et faire en sorte qu’un maximum d’emplois soit maintenu ? Tout l’aspect accablant de cette affaire réside dans ce jeu de dupes. Ceux qui en public ont eu la posture de s’indigner de cette « délocalisation » ont obtenu pour résultat la fermeture de l’usine. Le mot « démagogie » nous vient alors à l’esprit…. Sans agressivité de ma part (contrairement au ton de votre post… ), je dirai que si le livre « La bêtise économique » contribue à ce que l’on prenne conscience du gâchis de ce genre d’affaires telles que Sediver, un grand pas sera fait. Mon propos ne va pas plus loin.

  3. Jacky FRADET said

    Quand, comme vous, l’on ne connais rien à un dossier, le mieux est de se taire. Je vous plaint de votre incompétence.

  4. Didier Le Gorrec said

    M. Fradet

    Je comprends qu’étant donné votre implication dans ce dossier vous vous sentiez visé et que perdiez un peu votre sang froid. Pas facile d’entendre des choses qu’on n’a pas envie d’entendre n’est-ce pas ? Cela ne vous dispense pas de rester poli. Au passage, « connaît » s’écrit ici avec un T et « plains » avec un S. Pardon de parler orthographe mais comme vous n’opposez pas beaucoup d’arguments précis, je ne vois pas de quoi l’on peut discuter sur le fond…

    • virfeu jm said

      Mr Le Gorrec,

      Si vous maniez bien l’orthographe et que les fautes linguistiques des autres ne vous échappent pas…
      je tiens a confirmer en tant qu’ancien chef d’atelier au moment du conflit que la betise des uns est négligeable face a la manipulation diabolique des autres :
      réunion secrète en petit comité pour mieux manipuler sa maitrise (surtout le dimanche…)
      demande express de la direction faite pour que l’on aille (les chefs d’atelier) en Italie pour supplier de nous garder.
      Négotiations du sort des mieux lotis hors PSE (moi même avait si je torpillais mes collègues une place au chaud au labo,seule structure restée à Saint-Yorre)
      Vol et transfert de données fondamentales (plans,calcul de réglages machines…)bien avant l’annonce de la fermeture
      Sans doûte pour pouvoir affiner le busness plan…

      Sachez que je suis maintenant dans le groupe Saint Gobain qui n’avance pas caché…et prend ses responsabilités,ne fait pas supporter aux salariés ses manquements et encore moins sa stratégié industrielle

      Pour le reste,je suppose que ce n’est ni par manque de courrage,ni par suivisme aigu qu’aucun journaliste indépendant n’a daigné
      suivre au jour le jour une aventure humaine complexe et exemplaire mais aussi révélatrice de l’honnêteté intellectuelle des responsables a quelque niveau qu’ils soient

      au plaisir de vous permettre de faire au mieux votre métier de journaliste

      • Didier Le Gorrec said

        M.Virfeu,

        Côté presse, il me semble au contraire qu’il y a eu beaucoup de suivisme (cf mon premier billet) mais pas dans le sens que vous décrivez. C’est justement tout le propos du livre de Catherine Malaval et de Robert Zarader.
        Où l’on en déduit qu’un journaliste n’est perçu « indépendant » par un lecteur que lorsqu’il va dans le sens de celui-ci… Amusant. Et triste à lafois.

      • virfeu jm said

        si je ne m’abuse le nom de MALAVAL me rapelle etrangement celui d’un responsable commercial du groupe;il serait intéressantde savoir dans quelle condition il est parti…
        La cellule commerciale fut d’ailleurs l’objet d’une négociation « particulière »….
        Bien en amont des événements de SAINT YORRE (il faut bien assurer ses arrières)

        Je suis d’accord avec vous : être indépendant n’est pas toujours aisé…
        être intègre encore moins
        accepter d’être marchandisé dans un busness plan et jeté parce qu’idéologiquement
        on refuse de mettre certaines pratiques à plat et que les dirigeants tiennent le discours suivant :
        je suis le propriétaire donc je ne vendrai pas….
        Je refuse d’éventuelles participations croisées (avec un repreneur)

        Il est vrai que le vrai capitalisme (concurence réelle) ne va pas avec un profit monopolistique
        (a méditer)
        ce qui est triste c’est que vous soyez cinique alors que vraiment,le seul désir de certains était
        de vivre dignement de son travail….

      • labetiseeconomique said

        Cher monsieur, Nous avons laissé le débat ouvert sur notre blog, entre vous, d’autres et l’auteur invité de l’article sur Sediver, chaque partie pouvant ainsi s’exprimer sur ce sujet mais c’est bien maladroit de votre part, alors même que vous vous érigez en défenseur du travail journalistique, d’insinuer n’importe quoi. Vous auriez pu vérifier vos sources, je n’ai absolument aucun rapport avec cette personne dont vous croyez vous souvenir. il y a plus d’un âne qui s’appelle Martin ! Utilement, je vous renvoie, nous concernant, au papier récemment écrit sur le film « entre nos mains » et à bien d’autre sujets de notre blog…. Cordialement. Catherine Malaval

  5. virfeu jm said

    Dernier point:REPRENDRE les dépèches AFP et les retranscrire suivant ses affinitées politiques (de gauche ou de droite) ne constitue pas a mes yeux le critère d’un journalisme indépendant
    la recherche des contradictions,ou même l’avis opposé après travail journalistique prennent une plus grande place à mes yeux
    si vous êtes de ceux ci,vous êtes respectable en tout point
    mais pour être sincère il faut faire un minimum d’effort dans la recherche de la vérité (même si les principaux acteurs se sont cachés…)

    • virfeu jm said

      Chere madame,

      mes propos en effet maladroits ne faisaient que relater des évenements et des émotions encore perçues comme injustes.dans ma dernière intervention la manière dont je les ai abordés n’est en effet pas au niveau du sujet traité et je vous pris de m’en excuser.En aucun cas je ne voulais viser votre personne et si un nom a fait resurgir de très mauvais souvenirs quant à certaines prises de position de l’epoque;je ne veux pas laisser entendre que vous y soyez associeés

      comme vous le dite si justement,il n’y a que les ânes….mon but n’etait qu’apporter des éléments de réflexion et non polémiquer

  6. It’s crucial to have folks to bounce ideas off of,
    delegate totally different obligations to and to be your eyes and ears on the occasion itself.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :